RSS

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Etudiant en art et ethnologie, rêveur et grand amateur de surfaces libres.

À tout les visiteurs !

Je m'intéresse particulièrement aux sujets politiques qu'ils soient sensibles ou non, je ne suis affilié à aucun groupe politique. Néanmoins je ne suis pas apolitique car je pense que chaque être humain est politique.

Les articles et documentaires que je partage ici posent des questions mais ne reflètent pas nécessairement mon point de vue dans sa totalité sauf si je suis l'auteur du document partagé.

J'ai créé cette plateforme afin de mettre en avant un certain type de contenu, d'informations qui me semblent pertinentes et je vous encourage à faire le tri à votre guise.

Le débat est ouvert !

Bonne visite !

PS : Vous pouvez aussi me retrouver sur http://99lefanzine.com/

Fukushima : le cri de colère de l'écologiste Michel Bernard



Accident nucléaire niveau 7 (sur 7)





Michel Bernard - publié le 17/03/2011








Journaliste à la revue Silence, un mensuel alternatif et écologiste basé à Lyon, Michel Bernard a écrit ce texte qui connait un succès foudroyant sur le web, bien au delà des cercles écologistes habituels.



Je suis en colère parce que l'accident de Tchernobyl n'a pas servi de leçon. Et que l'on continue à entendre et lire les mêmes mensonges sur le nucléaire dans les médias.




Je suis en colère quand j’entends à la radio, un haut responsable du nucléaire français nous dire qu’on ne peut remettre en cause le nucléaire : "personne n’a envie de revenir à la bougie". Que je sache, dans les pays européens qui n’ont pas de centrales nucléaires (Autriche, Danemark, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Portugal…), y-en-t-il où l’on s’éclaire à la bougie ? Il n’y a que 441 réacteurs nucléaires dans le monde (dont 58 en France, 55 au Japon)… dans seulement 31 pays, tous les autres pays s’en passent.




Je suis en colère quand en 1979, après l’accident nucléaire de Three-Mile Island, on nous a dit que c’était parce que les Américains étaient moins forts que nous ; quand en 1986, après l’accident de Tchernobyl, on nous a dit que les Russes étaient moins forts que nous… et que je lis aujourd’hui que les Japonais sont moins forts que nous… De qui se moque-t-on ?




Je suis en colère quand on me dit que l’on peut continuer à exploiter encore des vieux réacteurs comme Fessenheim en Alsace (qui a trente ans) parce que "plus il est vieux, mieux on connaît un réacteur". Ce n’est pas parce que vous connaissez bien les défauts de votre vieille voiture qu’elle tombe moins souvent en panne et moins gravement. (Le réacteur Fukushima-Daiichi 1, qui vient d’exploser avait 40 ans et a été autorisé à continuer de fonctionner pour dix ans en février 2011 !).



Je suis en colère quand on nous dit que l’on ne peut se passer du nucléaire en France, parce que cette énergie fournit près de 80 % de notre électricité. C’est oublier que l’électricité n’est pas la principale source d’énergie (c’est le pétrole) et que le nucléaire ne représente que 17 % de notre énergie. Si l’on voulait s’arrêter, on pourrait s’appuyer sur une solidarité au niveau de l’Europe : là, le nucléaire ne représente que 35 % de l’électricité et seulement 9 % de l’énergie ! Il suffirait donc d’économiser 9 % pour s’en passer !



Je suis en colère parce qu’au nom de la défense de la croissance économique, les programmes énergétiques français ou européens, négligent toujours plus ou moins le potentiel des économies d’énergies, préférant la surconsommation, éventuellement alimentée par le recours aux énergies renouvelables. Or l’énergie la plus propre reste celle que l’on ne consomme pas. En adoptant les meilleures techniques disponibles et en évitant les comportements énergivores, nous pourrions diviser par 4 notre consommation en une vingtaine d’années.



Je suis en colère parce que les discours économiques nous polluent : on nous dit qu’arrêter un réacteur nucléaire, ce serait de l’argent gaspillé… mais les 1000 milliards d’euros déjà dépensés en 25 ans pour la gestion de la catastrophe de Tchernobyl (et c’est loin d’être terminé), ce n’est pas un gaspillage encore plus grand ? Mille milliards d’euros, c’est sensiblement le coût qu’il a fallu dépenser pour construire l’ensemble des 441 réacteurs actuellement en fonctionnement.



Je suis en colère parce que je sais que l’on peut arrêter relativement rapidement le programme nucléaire français, qu’il existe de multiples scénarios de sortie sur le sujet (de 2 à 30 ans selon les efforts qu’on veut bien consentir).



Je suis en colère quand j’entends mon gendre, 25 ans, ingénieur dans le photovoltaïque, me dire qu’il cherche un nouveau travail car la profession est sinistrée suite aux récentes décisions du gouvernement.



Je suis en colère quand mon fils, 20 ans, me dit : "à quoi ça sert de faire des études si dans cinq ans on a tous un cancer" (et il ne pense pas qu’au nucléaire, mais aussi à la pollution atmosphérique, aux pesticides…).




Alors j’agis, je me suis investi depuis une trentaine d’années dans les médias écologistes pour faire circuler une information moins déloyale et j’incite les journalistes et les lecteurs à prendre le temps d’eux aussi chercher où est la vérité. Comment peut-on encore minorer l’importance de la pollution radioactive au Japon alors que les images sur internet nous montrent les réacteurs en flammes ?



Alors j’agis et je m’engage dans l’une des 875 associations qui animent le réseau Sortir du nucléaire pour demander à nos élus de faire pression pour un changement de politique dans le domaine de l’énergie.



Alors j’agis au niveau local en rejoignant les nombreux groupes locaux qui travaillent à des plans de descente énergétique qui nous permettront de diminuer la menace nucléaire, mais aussi notre dépendance à un pétrole qui va être de plus en plus rare. Alors j’agis car aujourd’hui si le lobby nucléaire arrive à manipuler élus et médias, c’est parce que nous ne nous indignons pas assez !








Merci Alex pour m'avoir conseiller cette lettre






Quelques article pouvant vous intéresser : 


Silence sur l'atome

L'uranium appauvri

Cobaye des essais nucléaire

Essais nucléaire en Algérie, Polynésie : Quelles vérités?

Le secret des essais nucléaire

Un paradis radioactif

Le nuage : Tchernobyl et ses conséquences

Le MOX et l'argent du MOX

Fukushima, et maintenant...?
8
  1. Anonyme

    3 avril 2011 à 17:40

    Michel Bernard, journaliste à la revue Silence, a raison d’être en colère dans sa si juste analyse, dans le constat qu’il dresse concernant le nucléaire. Par contre, s’indigner n’est pas agir et moi je suis en colère contre les pseudo « actions », « j’agis » etc … de Michel Bernard, actions qui relèvent du foutage de gueule, tout au moins de la branlette.
    Alors comme il serait trop long de tout expliquer à mes concitoyens français qui misent tout sur leurs « élus » ces derniers misant tout systématiquement sur le nucléaire et pour longtemps encore, voici quelques liens qui pourraient faire réfléchir à des solutions concrètes pour sortir vraiment du nucléaire rapidement sans que celui-ci soit remplacé par le pétrole le charbon et le gaz de schiste.
    J’ajoute que le système français est verrouillé car essayez de vivre dans une cabane ou une yourte, même sur votre propre terrain, avec une empreinte écologique très faible et en choisissant la simplicité volontaire tout en respectant faune et flores (toilette sèche, solaires, phytoépuration) (c’est mon cas) et vous aurez des problèmes avec l’administration. Il faudrait peut-être commencer par dénoncer ce scandale et expliquer que le code de l’urbanisme pratique la vente forcée, activité illicite, en obligeant les particuliers à être relié aux réseaux Véolia, Aréva Edf principalement au nom de la salubrité et de la sécurité (tu parles Charles !). En clair tu as le permis de cautionner un système mafieux, on t’oblige même à le cautionner et malheur à toi si tu ne pollues pas et consommes pas comme un malade.
    Emblématique le cas de Tom et Léa : http://www.halemfrance.org/spip.php?article55
    Loïc Morel (New Holland) présente le prototype du tracteur NH² fonctionnant à l’hydrogène :
    http://www.terre-net.fr/materiel-agricole/tracteur-quad/article-new-holland-hydrogene-pile-a-combustible-nh2-harris-ihrig-tracteur-hydrogene-prototype-hydrogen-fuel-cell-powered-tractor-207-53740.html
    Arrêtez de subir notre démocratie « représentative » et responsabilisez-vous : http://www.agoravox.tv/actualites/citoyennete/article/alain-cotta-yvan-blot-la-29483
    et pour finir, courte et marrante :
    http://www.dailymotion.com/video/xhtwmz_groland-obsolescence-programmee_fun
    Yourte Et Nature (pour le droit à une autonomie énergétique dans chaque ménage sans passer par les réseaux oligopolistiques que sont EDF VEOLIA TOTAL, parmi les plus connus )

  1. Lywest

    3 avril 2011 à 19:38

    Merci pour ton commentaire ainsi que les liens très instructifs!
    Bonne soirée à toi et bonne continuation!

  1. Démographie Responsable

    21 avril 2011 à 16:37

    Je suis en colère parce que la planète connait une croissance démographique que l'on ne peut satisfaire sur le plan énergétique, sauf à jouer aux apprentis-sorciers, comme "nous" l'avons fait avec le nucléaire.
    Je suis en colère car aucun de nos décideurs, aucune de nos "élites" n'osent avertir nos concitoyens du plus grand danger qui nous menace : la surpopulation !

  1. Lywest

    21 avril 2011 à 18:07

    Tu n'as pas tort... C'est triste à dire mais nous sommes sacrément nombreux ici bas.

    Pourtant on pourrait tous vivre de façon correcte si de véritable mesures étaient prise mais à la vitesse où ça va... On va droit dans le mur.
    De fait l'une des erreurs que nos dirigeants aient faite est d'avoir permis la surproduction et par la même occasion le gaspillage.

    Les décennies passées ont été celle de l'abondance, de la démesure, du surplus... Celles à venir seront un peu comme une addition, un constat amère sur cette période de démence collective.

    Sauf si... On se retourne à temps.

  1. Didier Barthès

    23 avril 2011 à 15:51

    Cette colère est extrêmement médiatique et caresse le lecteur dans le sens supposé du poil. Elle témoigne quand même de deux erreurs fondamentales.

    La première, sur le nucléaire proprement dit est de ne pas mettre face de tous les inconvénients environnementaux de cette énergie les inconvénients de ses alternatives (nombre de morts, pollution, consommation de matière première, surfaces occupées etc...) ni bien sûr de se préoccuper de ce que les énergies fossiles par ailleurs dominantes aujourd'hui vont bientôt manquer.

    La seconde, plus fondamentale, car elle concerne la protection générale de notre Monde est de passer sous silence la menace principale et si souvent taboue qu'est la surpopulation.

    Là est le vrai problème. La surpopulation non seulement aggrave fortement les conséquences d'un accident technologique (nucléaire ou pas) ou même naturel (voir Haïti et cette fois encore le japon) mais aussi, cette surpopulation nous pousse à utiliser des techniques plus concencentrée, plus intenses, plus dangereuses. Dans un monde peu peuplé nous n'aurions nul besoin de recourir à d'autre énergies que des énergies renouvelable. (d'une certaine façon le nucléaire villipendé est fils de la surpopulation, celle d'aujourd'hui dans les pays développées et celle de demains dans les pays ou les gens sont très nombreux et vont vouloir consommer beaucoup d'énergie)

    Si l'on ajoute que la surpopulation élimine de facto (même quand nous aurons tous une étiquette écolo sur le dos) toutes les autres espèces vivante (au delà d'une certaine taille au moins) alors on voit que là se situe le principal problème.

    Prenons du recul, dans quelques centaines d'année quand nos descendants (s'il y en a) feront le point sur ce qui a brisé l'équilibre biologique du monde aux 20ème et 21 ème siècle, on verra que ce ne sont pas 440 réacteurs nucléaires mais bien 7 et bientôt 9 ou 10 milliards d'hommes.
    Le vrai combat est là, soyons moins nombreux, soyons plus modestes avec la planète. Le reste, pardon d'être brutal, mais le reste est détail. Ou nous nous attaquons à ce tabou ou nous nous contentons de nous donner bonne conscience.

  1. Anonyme

    26 juin 2011 à 15:47

    Franchment, je trouve cet article depourvu du fait ... qui joue avec les idées préconçu. Ca pourrait marché pour celles qui sont partisant en faveur de cet argumentation mais ne sert pas de tout pour convaincre les gens neutre ou pas préconçu.

    J'avais lu que c'est un journaliste qui l'écrit? Bof, ça ne peut que confirme la mauvaise état de la journalisme d'aujourd'hui.

  1. Anonyme

    26 juin 2011 à 15:51

    Je prefere de réserve non 'Bravo' pour la commentaire de Didier Barthes ... il a raison ... l'origine de nos problemes d'ajourd'hui s'agi de population du planete. La question de recyclage, sustainabilité, énergie, rechauffement etc viens de ça. Ils ne sont que les effets du probleme mais pas le problme lui-même.

  1. Lywest

    27 juin 2011 à 10:40

    Démographie Responsable et Didier Barthès soulèvent un point très important qu'est celui de la surpopulation.

    De plus si on se base sur la consommation des pays occidentaux on va droit dans le mur, c'est clair. Et donc si on choisit de ne pas changer nos habitudes il faudrait que la population diminue très sévèrement.

    Mais si on décide de consommer bien moins, plus raisonnablement et que l'on arrête le gaspillage parce que c'est aussi un problème gravissime, on pourra au moins ralentir voire qui sait (je reste optimiste) contourner ce phénomène de crash généralisé qui arrive à grand pas.

    On a perdu le contact avec notre Terre et on se croit presque tout permis. C'est dangereux et on oublie trop souvent qu'on vit sur une planète qu'il faut entretenir.

    Je vous met en lien ce documentaire si vous ne l'avez pas vu :

    http://surfacelibre.blogspot.com/2011/06/we-feed-world-le-marche-de-la-faim.html

    Bien à vous.

Surface Libre ?

Un liquide dans un récipient, en prend toujours la forme, il n’a donc pas de forme propre.
Lorsqu’il est au repos, sa surface est toujours plane et horizontale : on dit qu’il a une surface libre.
Mais là n'est pas la question...